Toujours en mode gloubi-boulga musical, où la jeune pousse electro-pop anglaise (Clean Bandit) croise du blues rare et bizarroïde des sixties (Captain Beefheart dans un de ses premiers singles), où Willie Nelson croise The Beautiful South et où une copie carbone des Beatles (The Merry-Go-Round, on dirait un titre sorti de Magical Mystery Tour) côtoie une version britpop des Smiths (une reprise de Supergrass tiré d’un album hommage incroyable à The Queen Is Dead).  Et bien sûr un final grand-guignolesque de l’époque où Alice Cooper désignait un groupe (et quel groupe!).


Comme toujours, la playlist est écoutable par le gadget 8tracks ci-dessus.

Said to myself this is very strange…

« Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In) » The First Edition (The First Edition, 1967)
« Rush » Big Audio Dynamite II (The Globe, 1991)
« Frying Pan » Captain Beefheart & His Magic Band (Moonchild single, 1966)
« Ghost Surfer » Cascadeur (Ghost Surfer, 2014)
« Rock And Roll Doctor » Little Feat (Feats Don’t Fail Me Now, 1974)
« Hot Soft Light » The Hold Steady (Boys & Girls In America, 2006)
« Rather Be » Clean Bandit feat. Jess Glynne (single, 2014)
« Interlude No. 1 / Play It All Night Long » Warren Zevon (Bad Luck Streak in Dancing School, 1980)
« Woman Don’t You Cry For Me [Early Take] » George Harrison (Early Takes: Volume 1, 2012)
« Shotgun Willie » Willie Nelson (Shotgun Willie, 1973)
« Don’t Marry Her » Beautiful South (Blue Is The Colour, 1996)
« Idées Noires » Bernard Lavilliers (État d’urgence , 1983)
« Killing Floor » The Electric Flag (A Long Time Comin’, 1968)
« Rock N Roll Nigger » Patti Smith Group (Easter, 1978)
« Chemical World » Blur (Modern Life Is Rubbish, 1993)
« Holding On For Life » Broken Bells (After The Disco, 2014)
« Lady Day and John Coltrane » Gil Scott-heron (Pieces of a Man, 1971)
« Land of Opportunity » A Great Big World (Is There Anybody Out There?, 2014)
« Listen Listen » The Merry-Go-Round (single, 1968)
« Some Girls Are Bigger Than Others » Supergrass (The Smiths Is Dead, 1996)
« Ballad Of Dwight Fry » Alice Cooper (Love It To Death, 1971)


Laissez un commentaire